Archive | justice RSS feed for this section

Une facture à 15.000 euros pour la victime de Carine HALLEY, procureure de la République aux Sables d’Olonne

8 Août

Le harcèlement en réseau par procédures foirées avait eu longtemps la réputation d’être l’ultime recours de bandes organisées de voyous camouflés par leurs cols blancs , pour coincer des cibles.

Une précédente série de plaintes relevant du harcèlement en réseau et avec viol sous contrainte et par un groupe, avait réussi à se frayer son chemin , jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Humain où sévissait le français J-P COSTA. Ce dernier avait évacué le dossier à toute vitesse et archivage de temps minimaliste.

En juriste habitué , il avait détourné  le règlement maison, pour terminer sa carrière hors mandat régulier, dans les honneurs et le confort de l’Institution.(CEDH)

C’était , avant la généralisation du harcèlement électronique  qui fait perdre ses moyens et capacités cognitives ou de réaction à une cible, en donnant les apparence de la démence , conséquence d’ un bombardement intense de signaux pulsés et privation de sommeil.  Cela  rend le harcèlement en réseau  extrêmement efficace et  facile  pour les tortionnaires .

Mais pour les cibles qui continuent à se prendre pour des citoyennes et le revendiquent , il existe toujours des magistrats imbus de leur droit divin de punir selon une morale sociale de caste .

Pour faire taire les citoyens considérés comme sous-humains , il existe deux ou trois sentences, amalgames pompeux du genre :
«  on ne critique pas les institutions «…..comme si ceux qui les représentent sans les respecter avaient le droit de les instrumentaliser à leur profit.
ou encore
« il faut caresser la justice dans le sens du poil de l’hermine » ,  incitant d’avance tout citoyen à une soumission de principe et de convention …. et qui n’est pas celle des droits de l’humain.

Le harcèlement en réseau est aussi fait de toutes ces andouilleries perverses que Monsieur et Madame Lambda sont priés d’accepter pour que les voleurs de leur argent et violeurs de la Loi,  détournée pour les protéger , puissent continuer à se gaver et  pérorer.

C’était ennuyeux. La voyante ne voyait pas. J’avais fait 30 kms pour poser des questions sur mon signal: celui qui me retrouve partout pour me traverser le cerveau et la colonne vertébrale ou la cage thoracique et les intestins, en complément ,
Pour ne pas tout compliquer , le harcèlement électronique de voisinage et le harcèlement en extérieur ( voiture) qui relève parfois de GPS/satellite appelé, et  parfois d’ultrasons du véhicule mis en résonance , et aussi de radar ,  n’avaient même pas été mentionnés.

Le cynisme de base des harceleurs tortionnaires de cibles consiste en effet à accumuler les origines et moyens de harcèlement électronique divers pour brouiller les pistes et protéger tous employés de sociétés ou d’Etat qui utilisent leurs outils de travail fournis par l’employeur pour torturer des cibles sur le sol national .

Mes questions à la voyante tournaient autour de quelques hypothèses de base  du harcèlement en appartement seulement, pour confirmation éventuelle

d’une utilisation vraisemblable de radar , à cause des décharges électriques dans le cerveau par couples ( signal montant et descendant) espacés de quelques pouième de secondes et complété de ce qui ressemble à un effet doppler .

Lequel effet doppler utilisant une basse fréquence fait, pour moi , par exemple vibrer la cloison nasale avec une sensation de respirations inversée .

La littérature sur ce sujet prétend par ailleurs que le suivi de toute activité physique repéré par signatures micro-doppler correspond à des basses fréquences propres à chaque cible ( respiration = quelques dizaines d’Hz , mouvement lent du torse = moins de 100 Hz, ou mouvements rapides du bras jusqu’à 900 Hz ,)

– ou d’une utilisation de tout satellite appelé par activation d’un élément émetteur propre à la cible (moi) ou extérieur , si elle en est porteur.

Les questions simples énoncées ressemblaient à :

est-ce que c’est l’émetteur du signal qui est paramètré pour me retrouver
est- ce que tout mon lieu de vie était sous le faisceau de l ‘émetteur qui bombardait simplement chaque pièce de mon lieu de vie alternativement et donc m’atteignait forcément n’importe où ,
est-ce que c’’est le récepteur (moi) qui focalise le signal , et alors comment ,
dans ce cas, y avait-il un élément dont je suis porteuse ou faite et qui permette au signal de me retrouver

La gentille dame peinait. Quelques soient les flashs de voyance qui lui parvenaient , ils étaient apparemment indécodables et elle l’admettait. Et j’étais frustrée.

Après un pénible et long silence de concentration elle m’avait annoncé ce que je n’étais pas venue chercher.
«  Vous allez perdre beaucoup d’argent …… par une juriste …….. C’est voulu…. »
Avec une pensée pour la juge Catherine BARRAT qui avait ouvert par décision de justice non motivée, mon compte bancaire à l’huissier de justice Cédric VINCENT pour qu’il vole ce qu’il avait auto-décidé, j’avais rassuré la voyante .
«  c’est du passé. C’est déjà fait «
« NON , c’est à venir. ….. Une juriste…….. Un poids lourd…….. Elle fait partie du même groupe « 

Cette fois , c’était l’image de la juge Pauline BOULESTREAU et de son audition bidon de décembre 2017 qui s’était imposée. Pauline BOULESTREAU , dans une, sans doute, classique parodie d’audition pour justiciable traitée d’emblée en débile par un questionnaire idem ,  et qui avait évacué  l’infraction pénale de son PV . L’infraction pénale lourde et coeur de ma plainte avait été travestie au profit de la genèse de l’infraction que le parquet des Sables d’Olonne avait décidé d’utiliser et de  privilégier exclusivement.
Cette décision de non justice pénale était une manigance fomentée avant l’audition. Les deux magistrates imbues de leur divine supériorité l’avaient , en plus, tout simplement énoncé devant moi.

Mais , Pauline BOULESTREAU n’était pas vraiment grosse. L’expression rigolote « poids lourd » de la voyante , ne la décrivait pas bien .
Et la voyante avait fissa transformé la locution « poids lourd «  en « cheffe » , le «  même groupe » était devenu « maffia » , assorti de « vengeance » et « ils s’entraident tous »
Boudiou !
Pourtant tout ça n’aidait pas à trouver la « cheffe » ou la « grosse » éprise de vengeance.
J’avais scribouillé le tout sur un petit carnet . Pour mémoire.

Et on s’était quittées poliment . La voyante , moi et mon ingérable signal suiveur-destructeur .

Carine HALLEY ( à droite)  est procureure de la République aux Sables d’Olonne . A son arrivée dans ce poste , elle avait annoncé vouloir lutter contre la violence , et l’ivrognerie locales et leurs conséquences dommageables .
C’était là, flatter les préoccupations électoralistes du maire de cette ville de retraités épris d’ordre et d’apparence . Une façon de séduire, aussi, pour un autre mandat en tandem. Le premier magistrat de la région avec le premier magistrat de la ville.

Carine HALLEY, avait un côté matronne pragmatique rassurant. Elle aurait pu avoir aussi un sens acéré des droits et devoirs de chacun à faire respecter . Hors coterie ou compromission.
Pas du tout.
Carine HALLEY, pour le soulagement des copains notables locaux qui avaient mitonné ensemble leurs escroqueries misogynes habituelles , avait évacué mes plaintes gênantes pour eux, au tracto-pelle.

Soit 3 plaintes différentes au pénal
– une plainte pour usage d’une fausse qualité + escroquerie et escroquerie au jugement contre Isabelle Blaineau
– une plainte pour escroquerie en bande organisée contre Cédric VINCENT, huissier de justice
– une plainte pour usage d’une fausse qualité par une société spécialiste de l’immobilier mais aussi émanation du groupe bancaire Crédit Mutuel.

La méthode simple avait consisté
– à feindre d’accepter les 3 plaintes différenciées avec 3 paiements de consignation
– à organiser une comédie d’ audition pour transformer une plainte au pénal en plainte relevant du civil
– à, soudain, joindre les 3 plaintes en une seule
– à décider d’un refus d’informer pour la plainte déclarée  irrecevable au pénal
– ce qui , dans une logique de magistrate française, entrainait dans le même « refus d’informer « les 3 plaintes jointes  à propos , quelques jours au paravant .

Carine HALLEY n’avait pas l’intention de traiter les difficiles (?) plaintes pour torture électronique , ni les faciles plaintes pour escroquerie diverses ou harcèlement.
Dans cette histoire, Carine HALLEY avait laissé aussi et en plus , tout simplement la police et la gendarmerie gérer, manipuler et classer au nom du parquet , toutes les plaintes d’une cible de harcèlement en réseau de notables. Elle, comme les autres et avec les autres, avaient tout mis en oeuvre  pour paupériser, ridiculiser et abattre une citoyenne qu’elle avait laissé torturer sans intervenir..

Elle pouvait  faire  ce qu’elle voulait et arrangeait ceux qu’elle voulait séduire , à sa divine guise simplement en utilisant sa qualité et son pouvoir,  et ce,  sans sanction,  ni aucune retenue sur son salaire de magistrate de ??????? 7000 ? 8000 ? 9000 ? 15000 euros ?

Mais avec une facture de débours de 15.000 euros pour une victime devenue SA victime.

 

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/formulaire-pour-demande-de-dossier-penal.html

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/plainte-pour-harcelement-criminel-global.html

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/harcelement-electronique-au-sextant.html

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/plainte-contre-monsieur-chaillou.html

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/plainte-avec-cpc-contre-cm-cic-gestion.html

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/plainte-avec-constitution-de-partie.html

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/reponse-de-madame-carine-halley.html

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/demande-de-sanction-lencontre-de-cedric.html

https://etouffoir.blogspot.com/2018/08/audition-du-12-decembre-2017-les-sables.html

Publicités

Un gestionnaire de biens sans mandat ne devrait pas écrire ça

20 Juil

Par ce message, sans civilité ni salutation, l’employée de Monsieur CHAILLOU, m’apprenait qu’elle allait me voler le montant de la caution de ma location au Sextant.

En toute simplicité.

https://etouffoir.blogspot.com/2018/06/souvenirs-du-sextant.html

L’ expression «  Puisque vous campez sur vos positions » était la façon , sans façon , de Valérie Gravouil de ne pas admettre que le contrat de bail non-signé par sa société,  était invalide.

J’avais découvert cette incongruité à l’occasion d’un problème créé par la même Valérie qui refusait d’établir une quittance de loyer à la demande, après encaissement de ce loyer par sa société.
Pour refuser , Valérie Gravouil avait inventé une condition nouvelle « mettre la quittance à disposition à l’agence » Et pas question de pièce jointe et gratuite par courrier électronique .

Une vérification sur le contrat de bail m’avait confirmé que cette condition n’existait pas. Et là , j’avais découvert , en plus, que le contrat de bail de cette société était invalide.

 

Et donc celui de la propriétaire qui déléguait ses droits à un non gestionnaire, itou.
Le prétendu mandataire, la société de Monsieur CHAILLOU , désigné par la propriétaire pour gérer son bien , n’avait pas accepté cette fonction.
En appelant et encaissant des fonds sans qualité pour le faire, la société de Monsieur CHAILLOU avait commis un délit pénal.

Après cette découverte, et pour ne pas porter préjudice à la propriétaire, le montant du loyer lui avait été envoyé en lettre simple.

Le chèque n’avait pas été encaissé. Perdu ou volé.

Après opposition auprès de ma banque, un second chèque du même montant avait été envoyé en lettre recommandée avec accusé de réception à la mutique propriétaire.

L’avis de réception de cette LAR  n’était pas revenu

Le mois suivant, rebelote. J’avais envoyé son du à la propriétaire en LAR.
Cette LAR n’avait pas été réclamée.

 

Quelques jours plus tard , une autre LAR avait filé à l’adresse de la proprio , pour l’informer avec certificats médicaux, que je quittais son appartement contrainte et forcée par un harcèlement électronique qui voulait ma peau et visait le coeur.
Une lettre simple en copie avait doublonné cet envoi, et proposé un état des lieux à la totale convenance de la dame.
Pas de réponse , même pas par internet. C’est devenue une quasi manie.

Les clés  avaient été expédiées à la propriétaire , en lettre suivie d’une part , et en colissimo d’autre part.

Sans aucune obligation légale d’information et aucune nécessité de traiter mon départ avec la société de Monsieur CHAILLOU ou Valérie Gravouil , il me restait cependant à récupérer mon dépôt de garantie que ces gens recelaient. Je l’avais simplement réclamé.
La bronzée et souriante Valérie Gravouil avait répondu que nenni. Si je ne satisfaisais pas à ses demandes illégales de non-gestionnaire du bien , je n’aurais pas mon argent.
Cela s’appelle , en plus du chantage.

Avant elle, à Saint Julien des Landes (85), Colette COUVIDA avait fait de même mais en montant un chantier, avec deux frères de la résidence.
La maison de Colette COUVIDA était  dangereusement invivable grâce à  3 (4) voisins qui me tiraient dessus avec de l’énergie dirigée de jour comme de nuit .

  • L’un,  par rafales de micro-ondes.( un ex de la marine nationale )
  • L’autre au moyen du système du mur thermique ( four à micro-ondes bricolé) .
  • Les deux gays , par des tirs au laser à travers les baies vitrées
  • Colette COUVIDA informée, n’avait pas réagi …. sauf pour en profiter.
    Son chantier avait été simple , au lieu de me prévenir à l’avance de visites d’aspirants locataires pour que je reste sur place au moment prévu seulement , elle les avait envoyés à l’improviste pour pouvoir prétendre que je n’avais pas respecté les termes du contrat de location.

Une autre voisine m’ avait prévenue de ce qui se tramait . Mais mon état catastrophique  ne me permettait plus de prendre le risque de rester à l’intérieur de la maison à attendre des heures,  sous les agressions  croisées des fous furieux du voisinage .

Tout le monde le savait.

Colette COUVIDA avait capté la caution par manigance. Tout comme elle avait volé, comme les autres, les mois de loyer payés pour un endroit transformé en lieu de torture . Ce qui lui avait été signalé .

Comme les autres, elle ne pensait qu’à profiter de la situation , au maximum.

 

A Vannes (56) , Sofi Ouest Gestion/Lerouzic, m’avait menacée parce que je me plaignais d’un harcèlement électronique féroce de voisinage.

A mon départ il s’était servi tout seul sur mon compte , en fabriquant un faux document avec une fausse signature ….. et ce, avec l’aide de la police et de la justice locale qui avaient  classé ma plainte avec et malgré  ses trois preuves nécessaires et suffisantes.

Aux Sables d’Olonne (85) , CM-CIC Gestion Immobilière , s’était également servie d’autorité,  sans raison,  sur ma caution, avant de faire machine arrière et de rembourser.

Là encore, le gestionnaire de bien ne l’était pas.

Là encore, la propriétaire  lourdement complice , avait joué l’ ingénue  irresponsable .

https://etouffoir.blogspot.fr/2017/03/entourloupette-machin-et-truc-muche.html

Mais, le vol de loyers le plus surprenant reste encore celui de Cédric VINCENT , huissier de justice aux Sables d’Olonne (85). Après une saisie-attribution hautement fantaisiste faite grâce à l’appui et à l’aide de la juge Catherine BARRA, Cedric VINCENT , huissier de justice avait truqué sa comptabilité pour s’attribuer 2 mois un tiers de mes loyers, déjà payés une première fois à la propriétaire.

 

Comme le rappelait fort justement une internaute sur le blog http://laproscrite.canalblog.com, il faut dire , re-dire et garder en mémoire les écrits de Josselyne ABBADIE sur le harcèlement en réseau et que l’on trouve à (http://conscience-vraie.info/harcelement-en-reseau-harcelement-global.pdf) , dont ces extraits :

« Le harcèlement en réseau est un harcèlement qui est pratiqué sur une personne – la cible – en manipulant de nombreuses autres personnes – les pions – qui deviennent les collaborateurs et les exécutants de ce harcèlement. Ces pions sont contrôlés par le biais des organisations et des réseaux qui mettent en œuvre des stratégies sophistiquées. Souvent ces pions sont ouvertement formés aux techniques de harcèlement et missionnés pour harceler la cible désignée. D‟autres sont uniquement manipulés à leur insu par le biais de multiples pratiques comme par exemple la désinformation et l‟utilisation de rumeurs. Ces malveillances organisées de façon très structurées peuvent être le fait de motivations diversifiées et revêtir des amplitudes différentes, mais ont toutes des caractéristiques en commun :….. »

« En fait il suffit qu’une personne appartenant à un réseau de pouvoir, ou une organisation (comme une entreprise, ou un milieu corporatiste) veuille obtenir quelque chose d‟une personne en particulier pour que la machine se mette en route sans savoir jusqu’où cela va aller. Car une fois qu‟une personne est ciblée, il y a un investissement de moyens sur cette personne, des murs invisibles – ce que j‟appelle des « murs sociaux » – sont construits autour d‟elle via les manipulations, et les technologies de surveillance mises en du harcèlement en réseau au harcèlement global. C‟est ce que l‟on appelle un harcèlement de type « construction » qui aboutit à un méta-système de harcèlement contre la cible. Cette situation peut être exploitée de multiples façons. Ce harcèlement démesuré atteint des niveaux de perversité inégalés et d‟abus de toutes sortes ; attendu qu‟il se déploie de plus en plus et contamine aussi d‟autres types de harcèlement plus « mineurs » du fait du déploiement de la violence morale, de sa banalisation, et des canaux par lesquels elle peut circuler. »

Tenant compte de cette réalité, il reste aux cibles à respecter la loi autant que faire ce peut,  et à demander sans cesse et sans répit à la justice de faire respecter leurs droits,  en punissant efficacement et sans état d’âme par identification de classe sociale avec les intermédiaires , ceux qui fabriquent en réseaux ces situations iniques de torture physique et morale . 

Cela ne se fera pas sans elle. 

Différence entre pollution électromagnétique et agressions électromagnétiques

22 Mai

 

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/10/eeg-cuisson-du-cerveau-sans-souffrance.html

Ces détections EEG et pollution électromagnétique , avaient été faites dans un monastère à LAVAL (53) . Comme l’indique le texte, il n’y a pas de souffrance aiguë du cerveau , mais un état de fatigue qui peut aller jusqu’à l’apathie, avec en plus des maux de crâne insolubles  dans le paracétamol, et une perte de vigilance qui peut aller jusqu’à la confusion mentale .

Pour les EHS avérés graves , un tel contexte serait source de souffrance si le cerveau très abimé ressentait les pulsations ELF  liées,  par exemple,  aux WIFI .

Le fait que le WiFi baigne ce monastère en tous endroits , n’était indiqué nulle part , au moment de ces détections. Seule une interrogation de la soeur hôtelière  avait permis de comprendre l’origine de certains symptômes .

 

 

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/06/sieste-ou-nuit-meme-traitement-par-le.html

Comme le montrent les détections faites , les agressions de type électronique ont des manifestations différentes en détection , mais surtout en vécu. La souffrance est incomparable à tout ce qui est connu . C’est une véritable TORTURE.

Une lettre ouverte avait été envoyée aux chercheurs de l’Institut du cerveau pour en faire état. Sans effet , quant au suivi  ou à une intervention radicale de représentants de l’Etat pour le faire cesser.

 

Gestionnaire de RIEN – Autres escroqueries

13 Avr

Ces escroqueries sont notées, ici, pour mémoire. Elles ne sont à considérer qu’indirectement comme conséquences du harcèlement électronique . C’est le contexte du harcèlement criminel global qui les a révélées .

Si on cherche CM-CIC Gestion Immobilière dans Google, une fenêtre à droite de l’écran annonce une bonne centaine de commentaires. En ouvrant les commentaires, on voit apparaitre , et plus qu’à l’ordinaire, le mot ESCROC , expression préférée de l’indignation de locataires grugés.

ici, l’escroquerie de CM-CIC Gestion Immobilière déjà révélée sur le blog etouffoir. blogspot.fr , et reprise ci-après , repose  sur une tromperie de professionnel de l’immobilier. Cette tromperie délibérée,  consiste à volontairement ignorer les premiers articles de la LOI n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové ( ex loi 89-462) et qui sont d’ordre public.

Ma relation avec CM-CIC Gestion Immobilière avait démarré avec une tromperie de l’agence des Présidents des Sables d’Olonne (85) de Nicolas Barreau. Il était le mandataire de CM-CIC Gestion Immobilière , et avait engagé pour lui ( ou elle) le processus de la location.
L’engagement de location que l’on m’avait fait signer disait que CM-CIC Gestion Immobilière était le propriétaire de l’appartement choisi . C’était faux.
Mauvais début.

Le document suivant, le contrat de bail de location , était quant à lui sans valeur légale, parce que non conforme à la loi  ( ex loi 89-462) qui fixe les normes des relations bailleur/locataire .
Dans ce bail était affirmé que la propriétaire et bailleure du bien, était Isabelle Blaineau.

Pas si sûr ….. Ce document ne le prouvait pas , puisque :

Isabelle Blaineau, se révélait un nom tout sec , sans autre coordonnées, obligatoires selon la loi et prouvant son existence ou sa réalité . Le nom prétendait à la qualité de bailleure . Mais le nom tout sec l’était resté. Personne n’avait signé le document ou un autre, attestant être le porteur du nom , avec la qualité de bailleure ou autre , et mandatant un quelconque porte-flingue pour faire la gestion à sa place.

CM-CIC Gestion Immobilière , émanation d’un respectable groupe bancaire, prétendait qu’il était gestionnaire du bien et signait cette affirmation et le bail  qui le certifiait, tout seul. Un faux bail, donc.
Qu’en est-il des autres ? … les baux de tous les locataires qui gémissent sur Google ?

CM-CIC Gestion Immobilière a son siège social à ORVAULT (44) et avec des tripotées de juristes à tous les étages. Surtout au service contentieux avec expulsions.

A mes demandes répétées de faire cesser le harcèlement électronique de voisinage , le prétendu gestionnaire de biens avait d’abord répondu : c’est de la faute aux canalisations électriques non blindées
Des électriciens interrogés reconnaissent des fuites d’énergie par les canalisations électriques non blindées  . Pas des bombardements d’énergie . Ni des sifflements agressifs et brûlants. Des expériences , électricité de l’appartement coupée avaient été faites. Sans succès pour faire cesser le phénomène.

Alors, bien au chaud dans son bureau, l’employée du prétendu gestionnaire de biens avait répondu  à mes demandes de régularisation de ma location prévue sans nuisance  de radiations , en répétant indéfiniment : PARTEZ = débarrassez-nous de vous.

CM CIC Gestion Immobilière connaissait ce phénomène criminel ,  lequel est familier à beaucoup d’ acteurs de l’immobilier et aux réseaux crapulo-criminels qui l’utilisent. Et CM-CIC Gestion Immobilière n’avait rien fait qui puisse déplaire à ces réseaux.
Il avait ainsi joué avec eux, avec son PARTEZ , à faire déguerpir une femme de son lieu de vie par la torture électronique. Au final,  la limite inacceptable pour CM CIC Gestion Immobilière était tout ce qui touchait à  l’argent …. et qu’il n’avait légalement pas plus le droit d’encaisser qu’Isabelle Blaineau.

Isabelle Blaineau , cadre administratif, avait donc un niveau d’étude décent  pour  une  compréhension de la vie et de documents  de base. En plus, il ya internet … ou les enfants pour chercher et expliquer.
Parce qu’ intelligente , bien  audacieuse sous une apparence différente  , et très confortablement entourée et conseillée par celui qu’elle désignait par « NOTRE AGENT «  , elle avait fait cent fois mieux que lui en matière d’escroquerie .
Isabelle Blaineau, avait trompé la justice et ses magistrats en réclamant leur aide pour obtenir de l’argent , pour faire expulser une locataire , et pouvoir continuer à vivre , ravie et épanouie.

 

Le troisième larron était un huissier de justice , Cédric VINCENT , chouchou de tout le monde , escrocs et magistrates   accessoirement tout aussi miso que le maire, leur ancien collègue et  qui continuait de manipuler le TGI en sous-main .

Pour aider mes plaintes à avorter , le maire m’ avait écrit qu’il n’était pas le 1er magistrat de la ville , ajoutant qu’il ne pouvait pas m’aider et  utiliser l’article 40 du CPC .
Traiter une citoyenne en gourdasse ! Un jeu d’enfant sur fond de 22 ans d’expérience , utile voire  indispensable  au réseau crapulo-criminel ainsi protégé.

L’huissier , prévenu de l’illégalité du processus pseudo juridique de recouvrement et d’expulsion bidon , avait choisi son parti : l’illégalité largement couverte par des ripoux qui se serrent les coudes pour s’entraider, et même jusqu’à la Préfecture.

Mais le parti -pris de l’huissier était surtout du au mirage de l’argent facile et dont il allait pouvoir se goinfrer en toute sérénité .
Ce qui l’avait incité à faire n’importe quoi , puisque c’était couvert par la bande organisée locale qui tient ici la ville . Et donc, comme les autres,  , il avait choisi de faire n’importe quoi , par son emploi aidé du mot « justice » .

REPRÉSENTER LES INTERETS D’ESCROCS POUR FAIRE CROIRE A LEUR BON DROIT ET S’EMPIFFRER AVEC EUX, AUX DÉPENS DE LA VICTIME .

Trop cool !

Pour la Chambre Nationale des Huissiers de Justice

5 Mar

Une récente violation de domicile sans effraction , a permis à des délinquants en bande organisée de se donner accès à des correspondances privées,  rangées dans mon appartement  et concernant l’huissier de justice C. Vincent.

https://etouffoir.blogspot.fr/2018/03/harcelement-en-reseau-une-nouvelle.html

https://etouffoir.blogspot.fr/2018/03/le-violeur-de-domicile-etait-repasse.html

https://etouffoir.blogspot.fr/2018/02/violations-de-domicile-degradations.html

A cause de ces inconnus envoyés à des fins de nuisances en cascades maintenant devenues évidentes ,  et qui divulguent à n’importe qui , ce qui n’aurait pas du l’être, je mets en ligne , une nouvelle fois, à disposition de tout public , un aperçu des situations violentes auxquelles des cibles de harcèlement en réseau doivent faire face , régulièrement .

Madame, Monsieur,

Vous avez été prévenus d’une situation embrouillée par des professionnels de l’immobilier et du droit et à laquelle a participé un huissier de justice des Sables d’Olonne (85) .

Le dossier relatif à cette situation d’escroquerie dont je me dis victime , a été récemment délesté de certains de ses éléments , lors d’une violation sans effraction de mon domicile.

Je choisis donc une nouvelle fois le mode de communication présent pour vous informer publiquement et plus précisément.

A l’origine de cette situation improbable , on trouve une personne qui se prétendait bailleure de l’appartement que m’avait loué l’agence « les Présidents » des Sables d’Olonne (85) .
Cependant cette dame n’avait pas signé le contrat de bail pour cette location et n’était donc pas légalement bailleur, au sens de l’article 3 de la loi 89-462 .

A ma connaissance lors de la signature du contrat de bail avec un gestionnaire de biens , et c’est la seule chose dont je pouvais  faire état, cette dame n’était pas , non plus, propriétaire du bien que j’occupais , puisque la copie du règlement de copropriété susceptible de me prouver cette qualité , ne m’avait pas été fournie.

Cette copie est pourtant légalement obligatoire .

Après un imbroglio concocté par des spécialistes, cette dame , à ma connaissance , ni-bailleure , ni-propriétaire m’avait assignée en justice pour exiger le paiement de loyers.

Pour prendre connaissance de cette assignation en justice, je m’étais déplacée au bureau de Me Cédric VINCENT, huissier de justice aux Sables d’Olonne (85).

Dans les locaux de Me Cédric VINCENT, après avoir lu l’assignation, j’avais précisé que Madame Isabelle BLAINEAU n’avait pas la qualité de bailleur qu’elle utilisait et n’avait pas possibilité, ni le droit, de m’assigner en justice .

Ce à quoi,  dans ce cabinet d’ hussiers de justice, il m’avait été répondu que je me trompais.

Les textes disent qu’un huissier de justice est personnellement responsable de la mauvais exécution de son mandat .

Il incombait donc, toutes affaires cessantes, au cabinet de Me Cedric VINCENT de vérifier le bien-fondé de ma remarque, et de s’assurer ainsi de la régularité de son mandat.

Me Cédric VINCENT n’a rien vérifié , se comportant ainsi en simple agent d’exécution des demandes de Madame Blaineau et de ses deux conseils : un avocat et un gestionnaire de biens censés cautionner la fausse qualité de leur cliente.

Cette affaire présentée devant le Tribunal d’Instance des Sables d’Olonne , par une fausse bailleure exigeait de l’argent et l’a obtenu en trompant le juge.

Cela s’appelle une escroquerie au jugement.

Il était de la responsabilité de Me Cedric Vincent de ne pas le permettre et d’ éviter que sa cliente Madame Blaineau en soit ultérieurement accusée.

Faute de quoi , cette dame devra se retourner contre son huissier de justice Me VINCENT qui n’a pas accompli un devoir élémentaire et qui justifie  d’habitude l’utilisation du mot « justice » accolé à celui d’ huissier .

Cette première faute professionnelle de Me Cédric VINCENT a été suivie de toutes celles qui peuvent en découler et qui culmine sans doute avec le refus d’un chèque par Madame Blaineau d’une part ,et par un mystérieux correspondant   ( voir + bas) qui dictait sa conduite à l’huissier de justice Me Cédric VINCENT .

Ce refus  ( cette fois) d’argent par  Madame Blaineau qui avait  pourtant et peu de temps avant, trompé la justice sur sa qualité pour en obtenir , montre à ce stade et plus clairement une manipulation .

Au lieu d’utiliser cet avoir en défalquant si besoin les sommes dues, Me Cedric VINCENT était, par ce refus d’encaisser le chèque,  laissé libre de facturer toutes sortes de prestations.

Les prestations inflationnistes suivantes par Me Cedric VINCENT justifieront au final, le montant d’une saisie-attribution sur mon compte bancaire et dont il avait fixé a-priori le montant , et seul.

La présence d’un mystérieux correspondant qui dicte sa volonté à un huissier de justice de façon à nuire financièrement à l’une des parties en présence et dont le compte bancaire se trouve ponctionner sans raison , signe une escroquerie en bande organisée.

Par ailleurs, il faut noter que Me Cedric VINCENT , sans mandat du Tribunal d’Instance des Sables d’Olonne pour le faire, exigeait le paiement de mes loyers en son cabinet.

A défaut d’obtenir satisfaction , il  avait ajouté dans sa comptabilité , mes loyers envoyés à sa cliente Madame Blaineau et encaissés par elle.

Cette comptabilité confuse et incorrecte avait permis à Me Cedric VINCENT « d’oublier » de noter et de comptabiliser des loyers versés et encaissés . Cela lui avait permis de me les re- facturer.

Je reste , bien sûr , à votre disposition , pour tout renseignement ou toute précision complémentaire à votre convenance.

Avec mes salutations navrées.

Pour les magistrats, les policiers, les gendarmes

9 Fév

Le texte suivant est le témoignage d’une personne ciblée (A) par du harcèlement en réseau et du harcèlement électronique.
Ce témoignage a été proposé pour qu’il soit joint à la plainte d’une autre personne (B) et  qui est ciblée dans des conditions aussi horribles et très semblables.  

L’une des deux cibles habite dans le sud de la France. L’autre réside  dans l’est de la France. Des centaines de personnes   sont ainsi ciblées, maltraitées , torturées , privées de sommeil dans   ce pays , et ce,  dans une indifférence monstrueuse , complice ou  coupable .

Les victimes demandent  l’aide , la  prise considération  et le respect  normal élémentaire  de leurs droits  aux  représentants de l’Etat, pour faire cesser leurs  souffrances et leur état de parias. Il y a, en effet,  urgence à prendre des mesures adaptées   pour contrer et arrêter l’horreur qu’on leur fait subir. 

La première de ces mesures serait , bien sûr,  la prise en compte de leurs plaintes.
Ce témoignage est mis en ligne , ici, avec la permission de l’auteure (A). 

Les parties de  textes surlignées correspondent aux méfaits et délits infligés  plus particulièrement à l’auteure (A)  de ce texte. 

 

Je soussigné A. M. tiens à appuyer la plainte de madame B. K. relative au harcèlement qu’elle subit.

Moi-même victime de harcèlement électronique et global depuis très longtemps, je suis en relation avec madame K. et des victimes des cinq continents depuis près d’un an.
A ce titre, j’ai eu maintes fois l’occasion de constater les nombreux points de similitude entre nos harcèlements respectifs.

Concernant les intrusions sans effraction à nos domiciles, le modus operandi est tout a fait comparable, abstraction faite des pillages proprement dits, lesquels ont débutés dans mon cas, plusieurs années après le début du harcèlement, alors que j’habitais une maison abritant de très nombreux objets de valeur.

A titre d’exemple, je reprends la description qu’elle m’a envoyée d’une des incursions sans effraction qu’elle a subie à son domicile. En couleur, des ajouts concernant des faits similaires à mes domiciles successifs :

– white-spirit déversé sur le bureau, entamant son revêtement peinture. Produit chimique déversé à divers endroits de mon domicile, sur meubles et linge de maison, de ce fait endommagés ;

– serviette de plage neuve découpée à une extrémité puis effilochée . Vêtement troués à coups de ciseaux ;

– partie haute de la porte fenêtre fissurée en diagonale, malgré qu’elle soit protégée par une loggia.

– odeur nauséabonde d’urine dans tout l’appartement après l’intrusion. Dépôt d’excréments et d’urine dans le jardin et la maison à l’occasion de plusieurs intrusions ;

– Deux couvertures dites de survie ont été agencées en forme de tête d’un animal à cornes [ fait constaté aussi par quatre autres voisins]

– un sachet scellé avec dedans les écouteurs tél. a été posé dans une plante sur son balcon. Très important : Dans les jours ayant précédé l’intrusion chez madame K., j’ai moi aussi subi une intrusion où, entre autres vols et vandalismes, l’intrus a déposé chez moi de petits écouteurs dans un sachet scellé. Le sachet, scellé de travers, contenait des écouteurs incomplets ;

– des pommes de terre plantées dans un pot sur son balcon à son insu. Petits morceaux de bois destinés à un bricolage plantés dans un pot où je cultive du basilic ; coups dans la céramique d’un cache-pot neuf sur l’appui de fenêtre.

– les rails d’un petit tiroir léger contenant du linge de corps ont été arrachées. Rails d’une commode en acajou années cinquante, cassés ainsi qu’une des poignées en ébène du deuxième tiroir.

– un bouchon goutte à goutte normalement enfoncé avait été sorti si bien que du contenu du flacon s’est déversé. Flacons d’huiles essentielles ouverts et vidés.

– serrures et verroux obstrués avec de la colle ( le 6. juin 2017) Griffes dans les meubles et arrachage de leurs serrures avec vols des clefs.

A cette description, il convient d’ajouter que sur la durée, ces incursions deviennent insupportables et impossibles à assumer financièrement. La totalité des effets personnels, des appareils électriques, électroniques ou numériques, ainsi que tout le mobilier finissent par être endommagés ou volés.

Hormis ces vandalismes avec déplacement d’objets et dépôt d’objets n’appartenant pas à la victime, le vol de documents administratifs, de tout ou partie du dossier médical et de papiers personnels est récurrent pour la plupart des victimes, lesquelles finissent clouées chez elles lorsqu’elles n’ont personne à qui confier papiers et objets de valeur.

*****************

Parallèlement aux pillages et vandalismes, les harceleurs s’en prennent aussi aux animaux domestiques de la cible. Madame K. m’a relaté une agression contre son chat ; le mien a été assassiné après plusieurs tentatives d’empoisonnement.

Voiture : de même que celle de madame K., ma voiture a été plusieurs fois vandalisée.

*************************

Harcèlement électronique :quoiqu’il ne prenne pas exactement la même forme chez toutes les victimes, ne soit pas infligé avec la même intensité, les résultats sur l’état général et les symptômes sont les mêmes quoiqu’à divers degrés de gravité :

– privation de sommeil dont les chocs à la tête ne sont qu’un exemple ;
– picotements et démangeaisons ;
– sensations de brûlures, surtout au niveau du crâne, accompagnées de fortes chutes de cheveux ;
– sensations de brûlures à divers endroits du corps ;
– douleurs abdominales ;
– migraines fréquentes, fortes à handicapantes ;
– difficultés de concentration pouvant hypothéquer toute possibilité d’accomplir un travail intellectuel ; affaiblissement de la mémoire et difficulté de mémorisation ou d’apprentissage.
– douleurs articulaires ;
– paralysies passagères ;
– fatigue, faiblesse généralisée et dégradation de l’état général ;
– incapacité passagère de travail ne pouvant qu’aboutir à la disqualification et la désocialisation – ce qui est mon cas -.

Comme madame K., je jouissais d’un excellent état de santé avant d’être la cible des agressions susmentionnées.

Je tiens à ajouter que ces nouveaux types de harcèlement, allant de la déstabilisation et l’appauvrissement de la cible jusqu’à sa destruction ne peuvent plus être niés, dès lors que des Lanceurs d’Alerte de la trempe de Bill BINNEY (ancien directeur technique de la NSA) et Kirk WEIBE (ancien grand analyste de le NSA) sont parti en croisade contre ces méthodes et donnent de fréquentes conférences sur ces sujets.

Parmi leurs initiatives, leur récente étude internationale destinée aux cibles du monde entier, laquelle étude démontre, par la nature même des questions, leur parfaite connaissance de ces protocoles de harcèlement.

Par ailleurs selon eux, la France, comme la Belgique et nombre de pays européens se sont alignés sur les USA concernant l’utilisation en l’occurrence abusive de ces nouvelles armes et méthodes de harcèlement. Ils nous ont appris que nos états (secteur de la défense et/ou de l’intérieur) délivrent à des sociétés privées les pleins pouvoirs pour expérimenter ces méthodes, et ce, bien entendu, sans mandat d’un juge, ce qui signifie que n’importe quel citoyen parfaitement innocent puisse devenir cible du jour au lendemain. Ces sociétés privées avaleraient jusqu’à 80 % des sommes colossales consacrées par nos états à ces recherches.

Au cas où il serait toujours impossible aujourd’hui aux magistrats d’instruire ce genre d’affaire, la cible que je suis ne peux que souhaiter la propagation de l’information dans le milieu de la magistrature et de la police.

Je reste à la disposition de qui souhaite en savoir plus.

Recevez, Madame, Monsieur, l’assurance de mes sentiments respectueux.

40- Leurre – Menace subliminale – Menace de type mafieux

8 Fév

Le leurre est un dispositif qui sert à tromper , en attirant ou mobilisant l’attention d’une cible pour induire une réaction prévue ou programmée . C’est un piège de l’attention bernée . L’attention est entrainée vers une interprétation erronée qui transforme la cible en proie .
Le leurre est utilisé aussi bien contre des animaux pour la pêche ou la chasse, que contre des humains , par l’armée notamment, comme ci-dessous ( leurre lâché par un F15).

La notion de leurre pour les cibles de harcèlement criminel a été rappelée à plusieurs reprises par Julianne McKinney
https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/01/19/contrer-lenergie-dirigee-informations-de-base/
( partie du texte mis spécialement en gras et italique)
et Eleanor White .

E .White  semble même penser que tout ce qui est donné à voir aux cibles n’est que leurre avec pour but de faire passer les cibles pour paranos ou dérangées tout en les épuisant par une mobilisation d’attention renouvelée, constante , et inutile.

« The motive for showing us decoys is to get us to complain to the public and the authorities about useless and harmless things, thus setting us up for being diagnosed as mentally ill. Or if we don’t complain, at least stew about the decoy gadgets endlessly, wearing ourselves out over harmless stuff. »

La menace est l’expression, par gestes, images, propos ou comportements , d’un projet de nuire à autrui par une atteinte à ses biens ou à sa personne. Il s’agit donc d’une action destinée à susciter de la crainte chez la personne visée .
Lorsqu’une menace s’exprime sur internet on parle de cyberintimidation

Une menace est subliminale si les éléments qui la composent visent l’inconscient du destinataire. Le message inclut dans la menace est dit inférieur au seuil de la conscience.

Une menace est dite de type mafieux quand le message censé porté par un ou plusieurs éléments transmis à une cible,  est à interpréter par la cible qui le reçoit. C’est le cas , par exemple, pour des bestioles crevées déposées chez la cible ou devant sa porte et censées pouvoir être interprétables comme des menaces de mort.

Dans une de vie de cible bien remplie, la dernière récente anecdote donnait à voir un chiffre 40 que les hackers/ surveillants de mon blog avaient ajouté au titre d’un article d’un mien blog et à mon seul usage
Le titre du billet était : le gendarme inconnu .

Pour mémoire, un gendarme , sans nom, avait répondu à un mien courrier . Mon courrier  notait la comédie grotesque qui m’avait été infligée dans une gendarmerie et où un procès-verbal d’audition de victime m’avait été refusé. Je demandais ce PV.
Dans sa réponse le gendarme inconnu osait retourner la situation contre moi et me présenter comme une  menteuse demandant un PV qu’il prétendait en ma possession ,  et comme  une personne difficile parce que  n’acceptant pas des convocations sans motif. .

L’ article/réponse que j’avais écrit  n’avait pas pu être mis en ligne normalement .

Les inspecteurs de mon quotidien avaient coloré l’article, en quelques centièmes de secondes , et deux fois de suite pour qu’il soit illisible.
https://etouffoir.blogspot.fr/2018/02/le-gendarme-inconnu.html

Pour contourner leur mauvaise humeur, le texte avait été blanchi, pour une tentative de meilleure lisibilité. . Après ce blanchissement , le titre du billet copié de la barre d’état  , avait donné ceci ci-dessous.
https://etouffoir.blogspot.fr/2018/02/le-gendarme-inconnu_40.html
Mais l’ajout du chiffre 40 n’était pas de mon fait.

Ma connexion , comme celles de beaucoup de cibles de harcèlement criminel, était sous surveillance, avec manipulation à volonté des cyberharceleurs.

En cherchant   par curiosité , les significations possibles de 40 sur internet , on pouvait lire ceci
https://en.wikipedia.org/wiki/40_(number)
et qui permet des interprétations dans à peu près toutes les religions. Aucune ne me convenait.

Accessoirement un  40 plus bas  , donne aussi une information sur une balle de pistolet Smith and Wesson et utilisée aux Etats Unis, à l’initiative du FBI , dans les années 1980 .

Ça aurait pu me convenir . Pourtant me menacer de mort alors qu’on tue mon cerveau à petit feu , n’avait guère de sens. .. sauf , sadique !

Mais , comme le notent à leur manière Julianne Mckinney et Eleanor White, les leurres , (et on peut ajouter même s’ils sont porteurs de menace ou de messages) , peuvent être interprétées avec des significations totalement différentes ou opposées , en fonction de l’émotivité ou du recul d’une cible par rapport à sa situation.
Il y a donc lieu, comme l’expliquent ces deux   pionnières – pédagogues  nord américaines , de le savoir, de le garder en mémoire et d’ en tenir compte encore et toujours .