Archive | novembre, 2013

Quelques anomalies policières et judiciaires

28 Nov

Les tirs  d’ondes de la nuit dernière (27-11)  avaient  commencé à 23H40  après des piqûres au niveau des pieds Ils avaient  atteint  une intensité maximale  de type acoustique à 3H du matin  après  des repérages constants  de mes changements de place . Cela  amène ,   de nouveau à se poser la question du  ou des marionnettiste(s) de cette histoire.

Maçon donc corse  ? ou Militaire ? ou les deux , l’autre aidant l’un ?

Un  nouveau listage de quelques  anomalies, ici seulement  policières et judiciaires qui avaient  jalonné les dix dernières années , est à envisager  pour une quête de ce sens là, tout en gardant un oeil sur  : http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/23/une-organisation-de-harcelement-2/ Image

photo Wikipédia

1) Catherine PONCET , juge d’instruction à Angers (49) avait  reçu ma plainte avec CPC et décidé , sans me connaître,  de m’imposer une expertise psy, avant même d’ouvrir l’enquête.  Refusé. Contrainte d’ouvrir son enquête , elle avait interdit à la policière  désignée pour ce faire,  de venir constater sur place la réalité de mes plaintes.

Cela avait entrainé un non-lieu torché en quelques lignes, bien plus tard,   et sur la base d’un beau mensonge  qui permet 3 hypothèses. Mme Poncet avait voulu

a) se débarrasser d’un dossier sans intérêt pour elle,

b) faire plaisir à un notable local . Ce qui est souvent synonyme de « maçon »,

c) se conformer à des préconisations de  gens de l’armée .

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/11/14/une-juge-dangers-pour-memoire/ . https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/10/la-folie-pratique/

2) Fabienne  POUS , juge d’instruction à Paris, en charge d’une 3ème plainte avec CPC incluant un viol en groupe , n’avait pu que constater le gigantesque  bras d’honneur que lui avait fait   l’entière  police d’Angers .

Elle y avait délégué mon audition au commissaire , mais  c’est une jeunette avec 2 mois de boite  , qui l’avait assumée sans qualité.

Elle avait exigé que l’audition  ait lieu dans le commissariat principal , mais l’audition s’était déroulée dans un poste de police périphérique , dans un bureau  très fréquenté , mais où j’avais eu aussi plusieurs tête -à-tête exclusifs avec mon dossier. http://etouffoirs.wordpress.com/2013/10/19/laudition-10-5-2011/

Elle avait demandé que la police recueille   des preuves , mais  3 policiers dont Mr Renault  étaient venus fabriquer une preuve pour rigoler.

Elle voulait que le document  de M Ghiloni s’intitule audition, mais elle avait reçu un document  de V. Deschamps  intitulé compte-rendu .Un petit chef – d’oeuvre de poncifs de type comportementalisme . .http://etouffoirs.wordpress.com/2013/11/14/une-brigadiere-dangers-pour-memoire

Face à une  réalité semble-t-il inattendue , Mme POUS n’était manifestement pas,  non  plus,  à un crime près (viol) . Le viol  avait été oblitéré.

Il le sera encore  plus tard , par deux procureurs différents : H. PAVY de Rennes (35)  et un anonyme parisien . Et dans cette plainte -ci  , Mme POUS   avait essayé de boucler son dossier en catastrophe , s’emmêlant dans des dates et de nouvelles exigences incongrues.

3) C’est un dernier juge Mr DUBOIS  qui prendra une décision de refus d’informer au prétexte qu’il n’existait pas de qualification pénale possible de mes plaintes pourtant bel et bien acceptées comme telles.

Image

Photo Wikipédia

4) Peu après la Cour d’Appel  de Paris s’immergeant dans le psychologisme de l’ainsi  reconnue – psy-infaillible – brigadière Valérie Deschamps , évacuera le dossier, transformant la plaignante/victime ( moi)  en accusée- menteuse.

Et la Cour de Cassation entérinera ces accusations  avec une  surenchère,  mais sans aucun article de loi pour justifier la surenchère .

Avec la police d’une ville entière (Angers)  qui se paie la tête d’une juge de Paris et s’asseoit sur le code pénal et le code de procédure pénal  dans une vaste comédie de rigolade ,

et  avec un juge, Mr Dubois,  qui déclare que le code pénal ne traite ni les infractions pénales listées avec références ,  ni  un viol, les 2 hypothèses  précédentes  sont remises à l’honneur :

b) faire plaisir  à un notable local . Ce qui est souvent synonyme de « maçon »

c) se conformer à des préconisations de  gens de l’armée

5) Au niveau de la Cour Européenne des Droits de l’Homme , le traitement expéditif de mon  dossier  par K. JUNGWIERT  avait consisté à dire   qu’il n’y avait pas de violation des droits de l’homme. Ce qui devrait permettre de conclure  que J-P COSTA  , président de la CEDH et et son collègue K . JUNGWIERT  pensaient que  les droits de l’homme à violer avaient bien été respectés. On a , ici, de nouveau les 2 mêmes  hypothèses  b) et c) possibles.

6) Dans un tribunal de proximité pour  une affaire de petit escroquerie ,  3 hommes au style militaire avaient quasiment ordonné au juge de traiter mon dossier en priorité. Ils voulaient être là, tout en ayant mieux à faire.

Curieusement , avant de pouvoir entrer dans ce tribunal où j’étais déjà venue , j’avais été « désorientée »  de façon inexplicable trois  fois de suite. Allant sans arrêt dans la même mauvaise direction.

Sans vouloir préjuger de  la cause de cette situation anodine, je pourrais actuellement émettre l’hypothèse d’une utilisation  militaire d’ondes pour cet effet . Et ce, sans me trouver moi-même ridicule. Ce qui donnerait plus de poids au c) des hypothèses proposées avant.

Image

On peut voir aussi :   http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/02/cedh-reponses/

Méthodes de P.N.

26 Nov

Image

« Les armes non létales ne sont plus  réservées aux spécialistes   : «… il est devenu évident que des armes  domestiques de haute puissance micro-ondes sont utilisées maintenant  pour attaquer n’importe qui . Des recherches récentes  faites en Europe ont confirmé cette perspective terrifiante. » ( News from Infowar, Volume 1 Number 6 , August 28,2002)

P. N est  ici une abréviation pour PORC NAZI .

Cette expression a été reprise du site http://targetedindividualscanada.wordpress.com/  qui l’utilisait pour caractériser  les méthodes  d’expérimentations  sur humains  déshumanisés par le  Dr Mengele.
De nombreuses cibles pensent être victimes d’expérimentation humaine sauvage.

Se saisir d’une citoyenne par ruse, pour la droguer sous une contrainte inventée, pourrait en être un aspect.

Ici, j’appelle PORCS NAZIS  les intermédiaires qui utilisent du matériel électronique pour attaquer une cible ,   à  la verticale ou à l’horizontale ,  et donc à partir d’une pièce voisine ou d’un appartement voisin .
Le matériel utilisé  et qui peut être de haute technologie , tient dans des sacs et des mallettes. Il est transportable .

Dans le cas de matériel de reconnaissance paramétré sur des coordonnées physiques de la cible  il est transporté lors des déplacement de la cible. Confié à des intermédiaires sur le trajet repéré de la cible puis positionné  en proximité , la nuit, par des complices dans les hôtels .

Cela évite les preuves. Voir aussi   le § « cibles ennemies » dans  https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/03/08/lorganisation-2/

Les attaques mentionnées ici, sont des tirs  qui  pulsent des ondes électriques ou électromagnétiques à travers les murs sans les endommager, mais pour endommager la cible à l’intérieur de son lieu de vie, de sa chambre louée/payée , de son lit.

Pour cela  , il faut avoir une visualisation de l’emplacement et du positionnement  du corps de la cible. Cela  peut se faire
par l’écoute , due à  une éventuelle sonorisation de l’endroit où se trouve la cible .
par une visualisation directe grâce une mini caméra cachée dans ce même endroit
par une technologie qui permet de voir à travers les murs à partir de la pièce voisine
par une information écho-retour de type « piqûres », qui suppose encore  du matériel paramétré sur des données propres à la cible
Dans les deux derniers cas, cela signifie  aussi que la cible est déjà bombardée d’ondes électromagnétiques dans la pièce où elle se trouve ,   avant  même que le P. N. ne commence ses tirs de sadique sur les parties du corps qu’il va privilégier.

Les tirs se font de jour comme de nuit.
Ces méthodes sont équivalentes à celles qui consisteraient à envoyer des décharges électriques  sur un prisonnier dans sa cellule,   à partir d’une salle de contrôle . Et ce , au gré des humeurs du tireur.
Dans cette histoire , les P.N. sont choisis limités ou  psychopathes pour transformer rapidement leurs motivations pécuniaires en motivations personnelles.
Ici,   à Paris XV cette fois, celui qui avait été choisi,  avait même annoncé une  sienne sous- traitance payée  par l’argent de sa mère ,  à un autre tueur à gage

A Paris XV, pour saturer ma pièce d’ondes électromagnétiques celui-ci utilise l’appartement de sa mère en dessous,  et une pièce à l’étage ( à horizontal) ainsi que tous les appartements des  voisins qu’il entraine avec lui .
–  cela donne des tirs par les canalisations de l’immeuble , à partir de l’appartement de sa mère  https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/06/05/coupure-deau-pour-tirs-dondes/: //
des micro-tirs à travers « mon » plancher  » et donc toujours en provenance de l’appartement de la mère
C’est de cette manière que  le 25 novembre au matin, ma chambre avait été saturée d’ondes très basses fréquences 15Hz, 16,8 Hz, 25,5 Hz qui empêchent le sommeil.

Image

Apparemment , rien n’arrête les ondes très basses fréquences.

On sait  que le cerveau   fonctionne sur des gammes d’ondes  ( delta, alpha, thêta,bêta  -14Hz à 30 Hz- ) et qu’il est « poreux » aux ondes  extérieures dans la gamme des siennes . Ainsi une saturation de l’espace en ondes de type  bêta,  entraine le cerveau vers un fonctionnement dans la même gamme d’ondes et le maintient dans  une hyper activité épuisante.

L’autre méthode utilisée ici   à Paris XV ou réside ce P. N ,  est assurée par  la souffrance infligée au cerveau par des tirs  d’ondes  douloureux  , faits   à quelques centimètres ou quelques mètres et à un rythme épuisant.  C’est ce qu’ont fait  les jeunes , CHURCH   pendant des mois puis le suivant FRENOVE qui prête aussi  son studio le jour et parfois la nuit , à un tireur d’ondes .

Les indications sur l’éventuel type de matériel utilisé est donné par une différence dans les sensations, et des recherches sur des cas équivalents sur internet .

Dans la nuit du 24 au 25 novembre, les tirs ressemblaient à des ondes « électriques » : maux de tête garantis pendant 24H.

Ils avaient été précédés de « piqûres » aux pieds qui donnent l’indication du positionnement du corps  ( jambes allongées ou genoux relevés) et donc de la distance du cerveau,  à matraquer d’ondes en priorité. Ces sensations de piqûres se sont diversifiées depuis quelque temps , évoluant de douleurs vives et aigües, à des impressions  diffuses  sur et sous la plante des pieds , et des picotements aux talons.

Pour la nuit du 25 au 26 novembre, quelqu’un avait occupé la chambre à ma gauche.
Et un  fin rayon  brûlant de type laser avait été projeté à plusieurs reprises sur la tempe gauche  . En plus de tirs au cerveau et de micro-tirs pour saturation d’ondes de la pièce.

Un armurier m’avait  demandé hier l’adresse des fournisseurs de ce type de matériel . La réponse était : voir les fournisseurs de matériel militaire et quelques revendeurs.

Pour un prix raisonnable, je pourrais moi aussi , acheter un appareil pour cuire la cervelle de la maman pendant la nuit et griller les couilles de son fils sans cervelle … et pourquoi pas …, celles  des autres voisins

 

Tueuse à gage

24 Nov

Image

La généralisation, en France,  des armes qui propulsent des ondes à travers les murs pour se débarrasser de quelqu’un, va faire de l’expression  » tueuse  à gage, »   une banalité . Puisqu’il s’agit d’ une occupation lucrative annexe qui consiste seulement  à accepter  d’assassiner le voisin ou la voisine,  de son fauteuil  .

C’est ce que fait Jeannick Fouquet à Vannes . Sans risque.

Enfin , pas toujours.

Image

Le jeudi 21 en fin de matinée, une déflagration avait fait trembler les murs de l’appartement. Un mien abat-jour sans doute mal accroché avait fait un vol plané.
Jeannick FOUQUET , ou ses détonants copains criminels,  venaient  semble-t-il , de faire un essai de matériel raté. Comme dans l’hôtel Ibis de Lisbonne https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/08/01/au-portugal/
.
Un jour ,  à Vannes, avec leurs armes à énergie dirigée en appartement et  qui surchauffent , ceux-là  feront sans doute exploser  l’immeuble.

L’incroyable  tueuse à gage du dessus  ne désarme pas. Comme Walti à Paris.  Nuit et jour, focalisée  sur sa tâche assassine, elle traine son  matériel pour une efficacité maximale, à l’aplomb des endroits où je me pose.

Pas   de connexion internet sous ses pieds, même plus sur la terrasse .  Sans doute à cause d’un brouilleur d’ondes. Une femme bourrée .. d’électronique .

Son contrat note sans doute  « aucun répit » pour la condamnée à mort : moi, car elle ne m’en laisse aucun. Me brûlant tour à tour les yeux,  la tête et les poumons.

Douée pour tuer.
Et pour le compte de qui ?

Dans mon histoire , il faut sans doute penser à quelqu’un qui s’est pris la porte de la loge dans le nez, pour tentative d’ escroquerie notoire. Il paie pour les autres . Et il continue de payer.

La vidéo de ce lien http://peacepink.ning.com/video/fourfactspwrpt
est un résumé qui donne quelques pistes d’explications à partir de 200 entretiens réalisés  pour des situations semblables aux USA et   qui font remonter les causes  de nos situations respectives à à des institutions étatiques .
Ci-après quelques photos de cette vidéo.

La finalité

Image

Les activistes, et lanceurs d’alerte sont attaqués avec des armes électromagnétiques  et utilisés comme cobayes  avec, en fin d’expérimentation,  le suicide, l’incarcération ou la mort comme conséquence de l’exposition intense à des  radiations non ionisantes

Le quotidien des cibles

Image

Les victimes  de harcèlement , de harcèlement en réseau, de théatre de rue, gaslighting, de brimades, d’humiliations, d’injures,  de vandalisme divers, de violations de domicile, de tapage  d’attaques répétées 10 à 20 fois par jour, sont soumis à un stress intense, privés de sommeil . Leur mort est le résultat de milliers de blessures.

Pour voir à travers les murs.

Image

Les radars à ondes millimétriques  permettent  aux militaires de voir à travers les murs . L’eau contenue dans le corps humain permet une très grande précision d’appréciation. Le monde devient un aquarium et les demeures ( des cibles)  sont sans confidentialité.

 Chaque année, les magazines français font un résumé de la criminalité par groupes . On y trouve  beaucoup d’informations sur des ethnies  de l’Europe centrale et de l’Europe de l’est avec leurs spécialités.

L’histoire que je  raconte ici  depuis 1 an et demi, et je ne suis pas la seule à le faire,  est le fait de groupes criminels  bien français, petits blancs,   corses, beurs, frères qui ont pris la mauvaise direction .

Les techniques sont habituelles , éprouvées et connues .  Parfaitement décrites par des américains . Pourtant   en France, où les mêmes phénomènes produisent les mêmes horreurs , on ne trouve ni chaine de TV, ni magazine pour un état des lieux  de cette  « notre » criminalité- là .
Peur de qui  ?

Quelques photos de brûlures

20 Nov

Il s’agit ici d’un listage-résumé de brûlures qui relèvent du harcèlement électronique.
Le harcèlement électronique pulse des rayons et des ondes vers des individus que l’on dit « ciblés » .

Il peut s’agir de torture pour vengeance ,  d’élimination progressive mais rapide d’individus ciblés ou d’expérimentation humaine totalement interdite.
Ces rayons et ondes  peuvent être pulsés   par des antennes relais , des armes dites « non létales »,  par des radars,  ou d’autres appareils générateurs de signaux et  placés chez des voisins.  Les rayons et ondes pulsés  traversent  les matériaux solides dont des murs et des vitres. Ces rayons et ces ondes brûlent  les organes en profondeur  et parfois la peau avec des traces .

Des victimes françaises en font état et montrent des photos de ces  brûlures ou altérations de la peau et   faites surtout à l’intérieur de leur lieu de vie : http://dbabou.blogspot.com
http://serge-labreze.blogspot.fr dont une photo du 6 novembre de brûlure au laser

Dans mon cas, parce que la priorité de mes tortionnaires semble être la destruction du cerveau et le vieillissement accéléré, les brûlures photographiées  ressemblent à des accidents provoqués  par des sadiques en roue libre.

Image

En mars 2013, il avait neigé sur Strasbourg.

Image
Emmitouflée jusqu’au nez pour une ballade dans le quartier de la CEDH,( Cour Européenne des Droits de l’Homme)

Image

j’avais du rentrer fissa à l’hôtel Vendôme. Le contact des vêtements était devenu  intolérable pour cause de ce qui se révèlera  des brûlures avec hématomes.

Image
Allongée dans le chambre , enduite d’un onguent calmant, j’avais alors subi un tir sec, précis, brûlant et qui visait le cœur.
Un tir sec, brûlant, précis… comme celui qui avait visé la colonne vertébrale , à Vannes,  , il y a quelques jours. https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/11/12/vannes-et-sa-criminalite/

En mai 2013,  à Paris

Image

quelques jours avant la date anniversaire du début de la torture du cerveau, j’avais eu les plantes de pied brûlées dans mon lit. Comme avec un chalumeau. C’était à hurler.

Comme pour  les tirs au cerveau.

Image
Dans cet immeuble bourgeois du XVème la torture physique  déléguée est   aux mains d’un pervers ( grassement payé, dit-il) et de sa mère.
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/07/14/un-pervers/
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/03/criminalite-de-senior/

A Vannes

Image

pour échapper à  des séances de torture à base de four à micro-ondes bricolé et  mises en place depuis  l’appartement  du dessus

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/09/vannes-cuisson-aux-micro-ondes/
j’avais opté pour un couchage en extérieur en septembre 2013.  Cela avait  entrainé une adaptation immédiate de la torture  en provenance de l’appartement du dessus.  La traduction avait été : Tir + aspersion d’ondes brûlantes  insupportables et  un piquetage de points rouges sur la peau ,  apparu quelques heures plus tard.

Image
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/05/des-ondes-pour-eliminer-2/

En octobre , j’avais eu droit à de nouvelles aspersions d’ondes nocturnes  avec marques à l’appui.
Image
En novembre, c’est en pleine matinée qu’il me faudra quitter mon lit en vitesse . Avec ces brûlures-là.
Image

février 2014

???????????????????????????????

                                                                                                                                                                                  épaule

Jambe       

 

IMG_4458

bras

???????????????????????????????                                                                                   bras

La photo ci-après parle de guerre silencieuse

Image

et incite à une transmission d’information . le texte dit :
Dégradation du cerveau, de la peau,  changement physiologique progressif et total.
Des gens souffrent sans savoir ce qui leur arrive. Cela prend des années pour apprendre ce que montre cette video. En partageant l’information, vous pouvez économiser à d’autres victimes  toutes ces années perdues . …….

L’autre texte  ci-dessous mentionne  l’utilisation des antennes-relais pour des attaques ciblées.

Image

On pouvait  voir aussi : http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/01/torture-et-barbarie-cree-le-14-juin-2012/   —–>  CE BLOG /  de vérités  dérangeantes  a été censuré et a disparu de la toile

 

voir pour cette photo  : https://lesharceleurs.wordpress.com/2017/04/09/terrorisme-electronique-et-ciblage/

En réseau

19 Nov

Image

Dans le harcèlement en réseau les  actes  délinquants  (violations) ou brutaux  ( agressions) subis par les cibles laissent quelquefois   des marques ou des traces . Elles sont en général assez anodines , insignifiantes ou difficiles à montrer  pour qu’il soit impossible d’en faire état sans risque d’être ridiculisé. Les cibles apprennent à leurs dépens à dépasser cette crainte pour expliquer.

A ce stade je pourrais décrire la nouvelle technique délinquante et par contre  sans trace , des violeurs/voleurs  beurs de mon domicile  . Après avoir essayé de maquiller les numéros de plombs à usage unique    http://etouffoirs.wordpress.com/2013/08/21/suivez-le-plomb-2/   et fait faire des doubles d’une autre  série, ils sont passés à la technique ouverture/fermeture du plomb sans le casser.  Cette délinquance en bande, avec cours préparatoires et récidive,  viole à jet continu des droits élémentaires et fondamentaux  de citoyenne avec un acharnement diabolique.
La nuit dernière les tirs vers le cerveau relevaient de la boucherie. Criminalité  sans trace.

Toute cible cherche à connaître et comprendre  qui sont les réseaux  commanditaires/protecteurs  et les intermédiaires ou  réseaux exécutants .
Pour une cible , le plus difficile à déceler et faire admettre   relève  de situations à tiroirs . Car il faut mettre du sens et des explications plausibles  dans les espaces vides . Pour cela, il faut se remémorer tous les  détails d’apparence  illogique pour leur appliquer la logique d’une interprétation imparable.

Telle une pièce de puzzle , elle est la seule possible à cet endroit-là.

Démonstration pour rappel  sur 3 exemples, détaillés  et  déjà racontés dans des blogs précédents,  et dont deux choisis exotiques pour ce qu’ils apportent d’indications sur la répétitivité de schémas, et le caractère global et mondial des méthodes utilisées. Avec en sus le mini-exemple du forum futura-sciences.

Image
Après des contorsions incroyables pour acheter cette voiture en évitant 2 écueils de cibles
1)    Que les clés soient copiées par le réseau crapuleux  avant la remise du véhicule
2)    Que le même réseau crapuleux   fasse  pression sur le vendeur pour empêcher la vente ou en changer les conditions,

Le jour J était arrivé .  Mais, sur place dans le garage de Nogent le Rotrou qui livrait le véhicule , l’attente avait été  anormalement longue.  Jusqu’à ce que déboulent 2 grands gars , qui avaient foncé  directement dans  l’atelier sans passer par la case accueil.  Sitôt leur départ, on m’avait apporté mes clefs et la carte du code confidentiel . Défloré.

La voiture était neuve et ça valait explication avec le  directeur. Introuvable. A une 3ème demande agacée , sa secrétaire répondra  qu’il s’ était enfermé dans les cabinets , portable débranché.

Image

Honteux ?

La voiture sera ouverte  avec  marques du  passage  des intrus , dès son premier stationnement. Comme les précédentes  voitures. Le code confidentiel découvert était  donc  un leurre. Ce qui amène à envisager  au moins deux  des méthodes faciles pour copier des clés de voiture
1)    Les avoir en main et utiliser la technique du  kit allemand , ce qui ne donne accès qu’à une ouverture manuelle . La copie conforme d’une clé haute ou très haute sécurité se fait en 240 secondes .
2)    Scanner le programme  de l’encodage  à partir du logiciel dédié du garage et le copier immédiatement sur une clé vierge
C’était bien sûr à cela qu’avaient servi les deux grands . Pour faire pression à ce point  sur un patron de garage … il faut en avoir les moyens. Fonctionnaire d’Etat hors fonction oblige plus facilement .

5000 kms plus tard, le garage Peugeot d’Angers avait insisté pour un 2ème contrôle gratuit de mon véhicule . Ce sera,  pour m’échanger des pneus quasi neufs contre les pneus lisses de la voiture d’une beurette et sous la houlette d’un chef du réseau crapuleux local en surveillance.

Il paraît qu’ils sont une trentaine ou une cinquantaine dans chaque ville de province.
Mes pneus neufs pour la voiture de la beurette était une récompense  sans gêne , facile et habituelle, à un membre du réseau d’appui actif de base.

 La semaine suivante, j’avais malgré tout proposé une solution d’arrangement au garage. Refusé.  Un refus accompagné d’une menace de plainte en diffamation.  Ce  qui m’avait incitée à prendre les devants et à me diriger vers le commissariat.
Ma présence et l’objet de ma plainte   – escroquerie et abus de confiance – avaient fait jaillir  le brigadier Daniel Pinault de son bureau. Sa collègue  et subalterne du registre des plaintes  avait reçu l’ordre réitéré  de ne noter ni mon nom ni ma plainte.

En réseau , avec un fonctionnaire d’Etat comme protecteur . Affaire évacuée.

Après avoir fait beaucoup envie , puis un peu moins, ce véhicule était arrivé à un sale état et un besoin de réparations non négligeable. Un employé du concessionnaire local avait établi un devis que j’avais accepté. Trois jours plus tard avec la voiture sur le pont du  garage pour réparation, le devis avait triplé.
La voiture avait été se faire réparer  ailleurs. Tout près du  prix initial.
Le réseau local avait encore  frappé.

L’autre anecdote que je re propose pour mémoire  est celle d’Arthur Pass ( NZ) où, seulement de passage ,  j’aurais dû être une absolue inconnue. L’endroit était cependant la seule étape concevable de cette route de montagne. Je pouvais donc y être « espérée »
Arrivée sans réservation, j’avais réussi à me loger dans une petite maison sans confort. En contrepartie celui de la grande maison proche était à disposition : cuisine, salon, salle de bain
Installée au chaud sur une table du   salon avec mon ordinateur et mon sac , j’avais subi les assauts répétés d’un grand suédois avec femme et enfant et fini par ranger la clé USB dans le sac ,et  fermer l’ordi. pour  m’occuper de leur môme Eleanor.

Le grand Stephen, aux propos de fonctionnaire international,  avait continué à s’agiter dans l’autre partie du salon. Ne le connaissant ni d’Adam ni de sa côte , et d’un naturel trop peu parano,  j’avais continué à vaquer et pouponner.

Image

Et tout soudain malgré  un orage de montagne avec une pluie dense et drue  à ne pas mettre le gros orteil dehors, le grand Stephen  avait  enfilé un imper pour sortir à toute vitesse . Comme pour un besoin pressant.
De retour dans ma chambre, avec sac et ordi  je découvrirai le vol de   ma clé USB .  Le grand Stephen  était sorti pour   la livrer  ou en transmettre le contenu .

Cette volonté de donner l’impression  de n’avoir, ni intimité, ni confidentialité, ni mémoire, ni passé ,  est une constante de ce système observé qui vient de me voler une carte mémoire de photos dans une valise fermée à plomb à usage  unique, à Vannes.
Ce même réseau français  avait , quelques mois plus tôt, siphonné une clé USB contenant mon dossier criminel ; clé USB  confisquée avec les autres par les soignants aux ordres de l’hospitalisation sous contrainte.

Mais retour  à Arthur Pass,  où  le grand Stephen était entré dans ma petite maison , fouiller mon bagage pendant le temps de ma douche dans la grande maison . Il n’avait pas refermé la porte à clé.
Le lendemain,  la petite famille suédoise repartie pour  Melbourne très tôt,  avait laissé un mot de remerciement  scotché sur la porte , pour le responsable de l’hébergement . Avec le mot , il y avait 3 clés , dont la  copie conforme de celle de « ma » petite maison.
Avisé du vol de ma clé USB, le responsable de l’hébergement ,  employé d’Etat , avait changé de couleur .

 Stephen, le suédois , quel groupe  ?

Image

A Motueka ( NZ) avant de partir en voiture  pour un circuit en montagne un jour  d’orage annoncé , j’avais averti seulement mon logeur .. et j’avais eu celui-ci

Imageaux trousses à toutes les étapes, s’adaptant à ma vitesse. Sauf là, au retour , où il avait doublé. Pressé.

Dans chaque village  , il y avait  eu , en plus,  une relève  complètement inattendue , et peu discrète pour un suivi constant. J’avais entrainé celui-ci sur la plage

Image, m’amusant à des photos de souches et troncs échoués

Imageet que l’homme en bleu était systématiquement allé inspecter derrière moi.

Quand j’étais entrée dans ce salon de thé ,

Image

celui qui attendait  dans sa voiture garée  juste devant,  m’avait suivie.

Il y avait une expo-vente d’objets insolites accrochés aux murs . Avant de quitter j’avais voulu en faire le tour. Ce qui me rapprochait de mon « maton » devenu cramoisi. La propriétaire du lieu était alors venue me demander de ne pas continuer, laissant deviner que le « maton » d’occasion était un potentat local.
De quel  groupe ?

Une anecdote française pour finir . Une interrogation directe et explicite sur Futura-Sciences  et  destinée à ne pas me faire perdre de temps, avait fait sortir le gardien du temple  de physique,  de ses gonds. Répondant que ce que je cherchais comme information – matériel utilisé pour des tirs d’ondes à distance –  n’existait pas, il avait immédiatement prévenu ceux qui auraient eu des velléités de répondre . Avec aussi peu de civilité que de subtilité, il leur avait annoncé que je déraillais.

Diagnostic « boule de cristal »        Discussion fermée.

Deux autres exemples parisiens  de harcèlement en réseau  sur :

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/01/un-vigile-22-fevrier-2012-exemple-de-harcelement-en-reseau/

http://etouffoirs.wordpress.com/2013/12/01/un-lieutenant-cree-le-22-fevrier-2012-exemple-de-harcelement-en-reseau/

Vannes et sa criminalité

12 Nov

Image

Penchée sur un rangement de valise , ce dimanche 10-11 j’avais bondi de côté pour    fuir, bloquée un mètre plus loin par la douleur qui m’empêchait de marcher . Un tir  brûlant, insupportable ,  venait d’impacter le bas de  ma colonne vertébrale .

Image
Photo de Michael Hanion , testant le ray-gun de Raytheon
article du Mail Online 10 nov. 2013

Ce tir , à l’intérieur de mon appartement, avait été silencieux.
Il  avait traversé soit le mur, soit la baie vitrée, soit  le plafond de mon appartement sans  les endommager .
Sauf hasard peu vraisemblable, il était ciblé , et une telle précision proposait  encore deux hypothèses d’origine :
–    Le  tireur était le copain de la voisine du dessus et avait, en plus,  utilisé un système pour voir à travers les murs et pouvoir ajuster    son tir
https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/09/05/des-ondes-pour-eliminer-2/

– Le tireur était un petit soldat assis devant son ordinateur
http://rudy2.wordpress.com/a-interview-accorde-a-un-ex-agent-des-services-secrets-surveillance-secrete-et-torture-par-radiations-par-les-services-secrets/
Extrait :   « Ainsi mes amis qui travaillaient dans les départements spéciaux pouvaient traquer l’individu sur son ordinateur, toute la journée. Cette localisation a facilité l’utilisation des armes . Les collègues pouvaient voir où exactement ils devaient viser et aussi comment la personne y réagissait »

avec deux hypothèses des conséquences recherchées
– Blesser pour immobiliser ou invalider
– Atteindre un nerf ou   la moëlle épinière

Sans connaître l’origine exacte ou  le nom exact de l’appareil utilisé , rien n’interdit de  rapprocher le sensation de douleur  de la description suivante, extraite d’un article  de :  EditInternational. com :
« The EMP from the laser is much more focused, leaving computers untouched but overloading a human being’s nervous system due to strong vibrations that set-off pain sensing nerves.
Like a shock from a super powerful stun gun, targets would feel as though they were being burned from the inside out.
The agony is so great that the hot plasma and explosion can be weak enough to not damage the skin, but still knock-out the target with debilitating pain. The military claims that no lasting physical damage should occur. »

La  pénible nuit suivante ,avait été ponctuée, en plus,  de bouffées d’ondes pulsées . Les organes creux, estomac et intestins avaient gonflé jusqu’à la brûlure interne. Cette méthode et  torture-là est  censée accélérer le vieillissement des organes et provoquer des nécroses.

Cherchant refuge dans la pièce voisine,  j’avais compté les coups :  ceux des détonations des tirs d’ondes   venant du dessus .  Un appareil programmé   faisait son boulot de tortionnaire  père-père , pendant que la locataire des lieux roupillait.

L’appareil  semblait  positionné à l’aplomb de mon lit.

Mais, la fine oreille de   Jeannick FOUQUET ou la sonorisation de mon appartement  aidant, avait fini par la faire réagir . Et elle avait déplacé sa machine à cash ou à cadeaux, au-dessus de l’endroit où je me trouvais.
Il paraît que les criminels recrutés en voisinage sont grassement payés.

Jeannick FOUQUET ne devrait pas, tout  comme JJ Walti et sa mère à Paris,  avoir d’autre raison que l’appât du gain pour s’être ainsi  transformée en criminelle .
Sauf un  plaisir de psychopathe à torturer.

La nuit d’après (11-11) , les sensations de  piqûres au pied, à l’intérieur du lit,  avaient précédé de quelques petites minutes un premier tir sec et violent  et  visant très précisément  la boite crânienne. Une situation  insupportable mais connue.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/07/06/laccroche-2/

Image
Ceci ,ci-dessus, est la copie d’un imèl envoyé au  3ème RIMA  ( régiment d’infanterie de marine) de Vannes .
La réponse avait été un tir d’ondes  fulgurant et brûlant, qui m’avait visée  à l’intérieur  de mon appartement. Il avait impacté le côté  gauche de la cage thoracique.

« Full blast » En pleine journée.
Mes notes précisent que j’avais répondu : « Roger »

Criminalité européenne

10 Nov

Image

Trèves

Image

Il n’y en a pas.
De toutes  façons , c’est un autre accent: ^
Ici, il s’agit de la ville.
Dans cette  ville allemande  , les premiers et derniers  guetteurs/harceleurs avaient été  des  ados,  . Novices ou provocateurs, m’attendant dès la sortie de la gare ,  Ils  s’étaient  jetés  sur leurs  portables en reconnaissant leur cible .
Un intermède avait été joué par un élégant quinqua.( ou plus),   à chapeau . Après un conciliabule avec deux policiers , ces derniers étaient venus inspecter  le restaurant dont j’étais la seule cliente.  M’examinant à tour de rôle . Sans discrétion .
L’hôtel  choisi, près de la gare,  jouxtait un bâtiment surmonté d’ antennes –relais.

 La chambre était accueillante avec  une offre de vin à la place de l’eau.Image

Une fois dans la chambre, les premiers tirs d’ondes y avaient été  de type « militaire » ou « antenne-relais » , précis, rapides et percutants . Ils  avaient été espacés d’ environ une heure .
Puis à  « l’heure du veilleur de nuit », la méthode avait changé  . Des détonations proches avaient saturé la chambre  de ce qui avait entrainé  des ballonnements et  des douleurs brûlantes  de l’estomac et des intestins .
Le dernier tir à 5h30 faisait penser à l’explosion d’une cartouche.

Avant,  il y avait eu Strasbourg où le comité d’accueil en sortie de gare  , à la nuit tombée, était distinctement corse. Il s’était de nouveau manifesté à mon  retour après  diner , en attente près du comptoir de la  réception  de l’hôtel.

Sans réservation, sortant de la gare,  j’étais allé tenter ma chance  à l’hôtel de la dernière fois. Juste en face . Et le réceptionniste hilare, m’avait annoncée qu’il m’ »avait réservé la 3.  »
Le plus intéressant n’est pas cette apparente  provocation préparée  de connivence ,  mais ceci :

Image
Un local de rangement près de la chambre 3 . Un endroit idéal pour entreposer du matériel  et tirer sur une cible. C’est ce qui s’était passé.

A Rotterdam , Image

tous les hôtels étaient complets pour cause d’exposition commerciale liée au monde maritime. Mais un astucieux chauffeur de taxi avait réussi à me dégotter une chambre dans un hôtel marrant, dont tous les murs , chambres  et cloisons d’ ascenseurs y compris, étaient recouverts de carreaux de faïence colorés
Les antennes relais les plus proches étaient à  environ 200 m.

Le premier tir d’ondes  ressenti au cerveau , avait été sec et violent, dès les premières 20 minutes.
A 3h 40 du lendemain , c’est une douleur  croissante au niveau de l’oreille gauche qui m’avait une nouvelle fois  intriguée,  avec des coups portés  douloureux dans le cartilage de l’oreille à une cadence très rapprochée. A peine une minute d’intervalle entre chaque coup porté .

Ce qui faisait une nouvelle fois penser à du matériel complémentaire de proximité. Ma chambre était au 1er étage.

Entre Trèves et Rotterdam et alors que j’avais pris des voies très détournées, un  harcèlement  souvent caricatural avait été assuré par des beurs et des chinois,  pour ce qui est de ceux qui semblaient vouloir être vus.

Au final , je n’avais eu aucun  espace de liberté.

Image
A Rotterdam, les  harceleurs locaux  s’étaient surtout  manifestés  en bleu. Dont celui-ci.

Image

https://lesharceleurs.wordpress.com/2013/10/19/seule-contre-trois/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/20/all-blue/
http://etouffoirs.wordpress.com/2013/09/20/la-couleur-bleue/

Criminalité européenne  et internationale  (Canada, USA, Cuba), certes. D’origine européenne. Certes.